histoire-du-cyclisme

Pourquoi Federico Bahamontes est surnommé « L’aigle de Tolède » ?

Né dans une famille pauvre, le jeune Baja Montes a eu une enfance difficile à la ferme. En montant dans son vélo, il s’est trouvé une passion pour la moto et un certain caractère. Robuste, il a d’abord remporté quelques courses lors d’un festival local avant de se faire remarquer et d’entrer dans le monde du cyclisme en tant que semi-professionnel puis dans l’équipe nationale espagnole.

L’origine du surnom « l’aigle de Tolède » de Federico Bahamontes

Lorsque Jean-Pierre Maury Le Surbatois a revu son idole d’enfance, il l’a tout de suite reconnue. « L’Aigle de Tolède » Federico Bajamontes a longtemps été couronné roi de la montagne dans la plus grande course cycliste du monde, à commencer par le Tour de France, mais peu de choses ont changé. L’ancien champion d’Espagne de 77 ans jouit toujours d’une bonne santé et d’une bonté désarmée. On a pu rencontrer l’Ariégeois grâce à un ami tarascon ordinaire qui s’est confié à l’Ariégeois, qui m’a chaleureusement accueilli chez lui et a passé une merveilleuse journée en sa compagnie. Il est nécessaire de bien voir la source du surnom de Federico Bahamontes.

Les raisons du surnom « l’aigle de Tolède » de Federico Bahamontes

Ami de Delgado, Julio Jimenez, Charlie Gower, Merck ou encore Polido, Federico est aussi très attaché à Luis Okana. Son départ l’affecte profondément. Quand on lui parle des Pyrénées, ses souvenirs sont innombrables. Il connaissait la chaîne de Tarbes en passant par Lourdes et Andorre jusqu’à Perpignan. Surtout le collier ! Vainqueur du Tour de France, plusieurs fois couronné meilleur grimpeur du Tour de France, du Giro d’Italia et du Tour de France, quatre fois meilleur athlète d’Espagne, impressionnant 1969 à Montuis Toledin, piste d’enregistrement profonde de Barcelone.

Les spécificités du surnom « l’aigle de Tolède » de Federico Bahamontes

Sa passion pour le vélo a toujours été la même, cependant, il continue de bricoler chaque jour les vieux vélos que son atelier lui confie. Sa plus grande fierté, cependant, était l’ouverture récente du musée Eurobike non loin de Tolède sur son chemin vers Madrid. Il a créé un lieu entièrement dédié au vélo pour les touristes et les cyclistes. Des centaines de vélos sont exposés ici, du « big bi » original aux derniers vélos en titane. Parmi ceux-ci, une vieille machine sans pignons ni pignons était la principale préoccupation de Federico Bahamontes. C’était le premier vélo qu’il conduisait quand il avait 17 ans, apportant du lait de la ferme familiale à Tolède.

Quitter la version mobile